Les victoires militaires des démocraties occidentales sont-elles vouées à l’échec politique ?

Depuis une douzaine d’années, les démocraties occidentales entendent renverser des régimes politiques incompatibles avec les exigences de l’État de droit et des droits de l’homme.
Ce sont les guerres contre l’Afghanistan des Talibans (octobre 2001), l’Irak de Saddam Hussein (mars 2003) ou, plus récemment, la Libye de Kadhafi (mars 2011).
Les conflits opposant les démocraties occidentales à ces dictatures ont été exceptionnellement brefs : environ 8 semaines en Afghanistan et 4 en Irak.
Mais ces premiers constats, incompatibilité du régime politique et brièveté de la guerre, cachent en réalité un certain nombre de paradoxes à la fois juridique, stratégique et politique.

 Illustration d’entête :  licence CC BY 2.5 – auteur : the US Army

Auteur
Alexis Cartonnet, ATER à l’université de Bordeaux

Journée de référence
Changement de régime et intervention militaire : quel modèle stratégique pour le XXIe siècle ? organisée par le GRECCAP-CMRP [Centre Montesquieu de recherche politique, EA4192] le 29 mars 2013.

Quand peut-on, quand doit-on terminer la guerre ?

Ces guerres ne présentent pas de difficultés majeures à être justifiées de manière juridique : légitime défense en Afghanistan, guerre préventive en Irak et responsabilité de protéger en Lybie. En revanche, elles sont très difficiles à être terminées. Si le droit de déclencher la guerre (jus ad bellum) trouve de multiples justifications, l’émergence d’un droit, ou d’une nécessité, de terminer la guerre (jus ex bello) soulève actuellement les plus grandes difficultés. Sans doute l’achèvement d’un conflit dépend-il de la réalisation de l’objectif de départ. Mais précisément, quel était cet objectif : la protection d’une population opprimée ? Le renversement d’une dictature ? Ou bien la lente et patiente reconstruction d’une nation ? Tel est donc le paradoxe juridique de la « fin » de la guerre : quand donner un terme (une fin) à la guerre lorsque l’objectif politique (la fin) est à géométrie variable ?

Pourquoi la victoire militaire ne se solde pas immédiatement par un succès politique ?

Changement de régime et intervention militaire : quel modèle s Ces guerres sont généralement de véritables succès conventionnels. Pourtant elles témoignent inévitablement, dans un second temps, d’un enlisement insurrectionnel. La victoire par la bataille décisive, telle que la préconisait jadis Clausewitz, ne conduit plus ipso facto au succès politique. Pis : comment expliquer un tel enlisement sachant l’extraordinaire potentiel de destruction des démocraties occidentales ? Tel est le paradoxe stratégique de l’ « impuissance de la victoire », pour reprendre une expression du philosophe Hegel.

La guerre interétatique est-elle définitivement morte ?

L’accomplissement difficile des objectifs politiques et l’enlisement militaire expliquent alors qu’on puisse questionner la pertinence du concept de guerre. Alors que la guerre classique opposait, tel un duel, deux États en prises avec des forces conventionnelles et dont le différend était tranché par une bataille décisive, comment expliquer que le paradigme des guerres contemporaines soit celui de guerres asymétriques ? Le concept de guerre est-il encore opératoire ? Doit-on lui substituer des expressions telles qu’ « états de violence » ou « interventions politico-militaires » ?

Cette journée d’étude, présidée par le professeur Dario Battistella, s’adressait à tous les étudiants du master de science politique et plus spécifiquement du master « sécurité globale ». Elle était animée aussi bien par des chercheurs du centre (Alexis Cartonnet, Adrien Schu, Lore Berthelot) que par des professeurs extérieurs (Ariel Colonomos et Alexandra De Hoop Scheffer de Sciences-Po Paris, Stéphane Taillat des Écoles militaires de Coëtquidan). Que l’équipe du CMRP soit vivement remerciée d’avoir rendu possible cette journée d’étude.

Pour citer cet article :
Alexis Cartonnet, « Les victoires militaires des démocraties occidentales sont-elles vouées à l’échec politique ? », angles Droit, 29 mars 2013. ISSN : 2261-2718. URL : http://anglesdroit.hypotheses.org/906

 


A parcourir :

A lire :

A écouter :


Alexis Cartonnet

ATER à l'université de Bordeaux

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *