Les pays émergents sont-ils les nouvelles puissances internationales ?

L’extraordinaire expansion de certains pays, des points de vue politique, économique et démographique, les place dans la catégorie dite des pays « émergents ».
En 2001, Jim O’Neill, expert de la désormais célèbre compagnie bancaire Goldman Sachs, les baptisait « BRIC » (pour Brésil, Russie, Inde, Chine). Depuis 2010, avec l’intégration de l’Afrique du Sud, ils sont internationalement dénommés « BRICS ».
Mais à quoi correspond vraiment cette dénomination et quels sont les enjeux qui se cachent derrière cet acronyme auquel la France, et plus largement l’Union Européenne, sont devenus si sensibles ?

Illustration d’entête : licence CC BY-SA 2.0 – auteur : Premshree Pillai

Auteur
Roman Volkov, doctorant à l’université de Bordeaux

Journée de référence
Les émergents, nouvelles puissances de l’ordre international ? organisée par le GRECCAP-CMRP [Centre Montesquieu de recherche politique, EA4192], sous la responsabilité scientifique de Nicolas Monceau, maître de conférences à l’université de Bordeaux, le 13 décembre 2012.
Partenaires : CNRS, Investissement d’avenir

Une émergence constatée…

L’évolution rapide des enjeux du monde contemporain contraint souvent à manier des concepts très complexes dont nous n’avons pas toujours une totale compréhension. La notion de « puissances émergentes » fait partie de ces concepts, qui fascinent autant qu’ils effraient. Croissance économique, croissance démographique, influence normative, poids politique au sein des institutions internationales… figurent parmi les indicateurs qui permettent d’évaluer la puissance d’un pays. Concernant les BRICS, c’est avant tout par la grandeur des chiffres économiques et démographiques que ces pays émergent dans l’espace international. En 2003 par exemple, 75% de la croissance économique mondiale était le fruit des pays émergents : les BRICS, mais aussi les régions de l’Amérique Latine, du Monde Arabe, de l’Asie Centrale et Orientale. Forment-ils pour autant de nouvelles puissances de l’ordre international ?

…dont la puissance est contestée

Cette journée d’étude a permis de dresser un bilan critique d’une notion qui mérite d’être démystifiée et simplifiée. L’analyse approfondie des pays émergents montre que l’utilisation du terme  « puissance » doit être maniée avec précaution. La « puissance » en question ne doit pas faire oublier les réelles ambiguïtés que ces pays manifestent. Il existe de nombreuses contradictions internes, propres à chaque région, qui contrebalancent la vigueur des données chiffrées. Ainsi, la main d’œuvre y est abondante, mais elle manque souvent de qualification. La croissance économique est forte, mais l’économie est peu diversifiée et généralement dépendante des revenus énergétiques. La volonté affirmée de peser au sein de la communauté internationale manque pourtant d’une stratégie commune clairement identifiable.

Poser les bonnes questions face aux phénomènes inconnus

En posant de façon rationnelle le cadre d’analyse, le problème soulevé peut être clarifié et de nouveaux axes de recherche peuvent alors être exploités. Les chiffres certes donnent le vertige, mais ils ne doivent pas détourner l’attention du véritable problème. Bollywood va-t-il un jour dominer la culture hollywoodienne dominante ? Le chinois va-t-il remplacer l’universalisme de l’anglais ? Quel sera l’héritage légué par les pays émergents dans un monde sous influence de la culture et des valeurs occidentales ? Si les pays émergents affichent un véritable boom économique, sont-ils pour autant les nouveaux « maîtres du monde » ? Après analyse, rien n’est moins sûr.

 

Pour citer cet article :
Roman Volkov, « Les pays émergents sont-ils les nouvelles puissances internationales ? », angles Droit, 13 décembre 2012. ISSN : 2261-2718. URL : http://anglesdroit.hypotheses.org/447

 


A connaître : site web du programme de recherche PoEmS
PoEmS (Pôle en sciences sociales sur les pays émergents) est un programme de recherche pluridisciplinaire dans le cadre duquel a été organisée cette journée d’étude. Il réunit une équipe composée de politistes, juristes, économistes, démographes, géographes et historiens de plusieurs laboratoires du site bordelais.

 


Roman Volkov

Doctorant en science politique à l’université de Bordeaux

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *