Des extrêmes au centre, comment les courants marginaux peuvent influencer la vie politique ?

Partant de l’hypothèse que l’intérêt intrinsèque d’un courant de pensée politique n’est pas proportionnel au nombre de ses partisans, il s’agit de répondre à la question centrale : pourquoi faut-il distinguer la marginalité de l’extrémisme ?
Ainsi, un courant marginal n’est pas nécessairement extrémiste cependant que les extrémistes tendent à être de moins en moins marginaux.
Dans une perspective comparatiste et à partir d’études de cas, il apparaît que les marges politiques peuvent influencer la sphère sociale et politique plus ou moins directement.

Illustration d’entête : Projet de ville flottante créé en réponse à un concours organisé par un institut libertarien américain en 2009 / licence CC BY 3.0 – auteur : Andras Gyorfi

Auteures
Clémence Faure
, doctorante à l’université de Bordeaux
Émilie Himeur, doctorante à l’université de Bordeaux

Colloque de référence
Les marges politiques organisé par le GRECCAP-CMRP [Centre Montesquieu de recherche politique, EA4192], les 17 et 18 octobre 2013.

Ce colloque avait pour objet de soumettre à l’examen de chercheurs en science politique, jeunes et confirmés, le concept de « marges politiques ». Il s’agissait de procéder à l’analyse du concept à partir des différents cas pratiques présentés lors de la manifestation, et non en posant en amont un cadre théorique strict au sein duquel ils auraient eu pour tâche de s’intégrer. Pour autant, dès l’introduction du colloque, son responsable scientifique, le professeur Patrick Troude-Chastenet, a formulé plusieurs questions et hypothèses afin de guider les débats et le cas échéant permettre à l’issue de la réflexion de formuler une « théorie des marges » ou plus modestement de faire ressortir des éléments de définition et des critères d’analyse.

Les marges : ni forcément extrêmes, ni éternellement minoritaires

La question de la définition de la marge politique implique de l’intégrer dans un cadre systémique, la marge ne pouvant être identifiée et analysée que dans une logique de système, en rapport à un centre, toujours relativement à la position d’autres modes de penser et d’agir dans le système politique global d’une société donnée. A la suite du président de séance, le professeur Fabrice Hourquebie, l’on peut donc dire que la question de la marge renvoie à celle du curseur : à partir d’où peut-on situer la marge dans son rapport au centre ? Comment peut-on établir qu’une pensée est à la marge ? Peut-on avancer des critères et des éléments de définition d’une pensée marginale ? Analysant l’influence du Tea Party sur le parti républicain, Eric Rouby avance quelques éléments de réponse. D’un point de vue quantitatif d’abord, des idées peuvent être considérées comme marginales du fait qu’elles sont portées par un groupe faible numériquement. D’un point de vue qualitatif ensuite, des idées sont marginales quand elles sont elles-mêmes minoritaires dans le débat public ou totalement écrasées par le mode de penser dominant.

Il convient de bien dissocier la marge de l’extrémisme : une pensée extrême peut se retrouver au centre du débat politique quand une pensée modérée peut se retrouver totalement marginalisée. Ceci Les marges politiquesrésonne particulièrement aujourd’hui dans le débat public français à l’heure où les familles centristes semblent reléguées à l’arrière-plan de la politique partisane quand le Front national tend à s’imposer au centre, notamment en s’instituant comme point de référence à partir duquel les partis majoritaires se positionnent.

En termes de pensée et d’action politiques, tout ce qui est aujourd’hui dominant a un moment été marginal avant de s’imposer. Pour autant, tout ce qui est marginal n’est pas voué à devenir dominant. Se pose alors la question de savoir ce qui fait qu’une pensée, un courant, une doctrine, passe à un moment donné – ou non – de la marge au centre, de la minorité à la majorité. En somme, qu’est-ce qui permet à une pensée de se « dé-marginaliser » ? Dans cette grande thématique de la circulation des idées, se pose ainsi la question des causes, structurelles ou conjoncturelles, à l’origine de l’explication du phénomène de déplacement. Ainsi Clémence Faure, dans son intervention sur la circulation des idées entre la droite radicale et la droite républicaine, nous interpelle sur le fait que des idées peuvent être dé-marginalisées à la faveur des intérêts qu’elles revêtent pour les acteurs politiques, notamment d’un point de vue électoraliste. Si l’UMP se saisit des thématiques du Front national, ce n’est pas tant pour mieux correspondre à un électorat qui se serait « droitisé » de lui-même en amont, mais en vue de s’appuyer sur le potentiel xénophobe de la société française, d’autant plus exploitable que l’on est en période de crise.

A l’exemple de la dé-marginalisation de la Théorie critique aux États-Unis mise en avant par Émilie Himeur, passée de la marge de l’espace intellectuel à un champ de spécialisation à part entière dans les universités américaines, la dé-marginalisation peut se produire à la faveur d’une mutation, voire d’une altération, qui dépend à la fois du contexte dans lequel elle a opéré et de l’usage propre aux acteurs qui s’en sont saisis, ici les intellectuels critiques de la gauche radicale américaine.

La marginalité : de l’intransigeance idéologique à l’influence politique

Le problème de l’altération d’une pensée ou d’une doctrine dans le processus de dé-marginalisation conduit certains acteurs à choisir la marginalisation. Rester à la marge serait alors la garantie de conserver une pureté idéelle, de la préserver d’une mutation qui serait trahison. La marginalisation peut dès lors être choisie plus que subie, et Sébastien Caré nous rappelle comment la marginalité fait ainsi entièrement partie du programme libertarien aux États-Unis. A la lumière de l’exemple du parti libertarien, l’on voit en fait comment deux stratégies se font concurrence : soit l’on choisit l’entrisme au sein d’un parti dominant, ici le parti républicain, ce qui permet de porter ses idées au cœur du système mais oblige à une forme de dé-radicalisation pour pouvoir coexister avec les autres tendances au sein du parti ; soit l’on choisit de présenter la candidature d’un représentant du parti marginal, et l’on conserve alors toute la teneur de ses idées, en amenuisant cependant grandement les chances de se faire élire. L’action politique se scinde ainsi entre deux attitudes, la première relevant de la pragmatique électorale, la seconde de l’intransigeance idéologique.Les marges politiques

Au titre de cette intransigeance idéologique, certains choisissent la marginalité, et rejettent même toute forme d’action politique. Ils agissent dès lors sur un terrain purement idéel, conduisant une stratégie « méta-politique », ne revendiquant à première vue aucune volonté de prendre le pouvoir. Aurélien Tourreilles nous montre également comment les auteurs de l’Encyclopédie des Nuisances conduisent une critique systématique de la société industrielle, offrant une mise en perspective originale de la société contemporaine, sans ambition aucune d’influer sur la sphère sociale et politique. Mais le fait même de produire des idées et de les rendre publiques révèle en soi la volonté de les diffuser et d’influer sur la sphère politico-idéologique. La diffusion de communautés d’idées dans l’espace intellectuel peut alors passer par la constitution de revues, de mouvements ou de groupes de discussion. Après l’avoir replacé dans son contexte, c’est ainsi que Patrick Troude-Chastenet retrace la genèse du mouvement personnaliste des années 1930 avant de centrer son attention sur son courant le plus méconnu. Partageant la même volonté de dépasser le clivage droite/gauche, de dégager une troisième voie entre l’individualisme néolibéral et la tyrannie collective des régimes totalitaires, les personnalistes « gascons » étaient des marginaux à l’intérieur d’un mouvement minoritaire. Ils constituaient la fraction la plus libertaire, régionaliste et fédéraliste mais surtout la plus écologiste et « technosceptique » du mouvement.

L’exemple personnaliste nous interpelle également sur la question des différents niveaux de contradiction qui peuvent coexister au sein des franges marginales. La scission opérée par les personnalistes du sud-ouest avec la direction parisienne d’Esprit en raison du catholicisme intransigeant d’Emmanuel Mounier nous montre comment des contradictions secondaires viennent compléter, s’opposer à ou nuancer des contradictions principales. Il y a bien des marges dans la marge, des désaccords au sein même de ceux qui sont à la marge, exemplifiés par les querelles internes qui traversent la quasi-totalité des mouvements présentés et qui conduisent à constituer des courants marginaux au sein de cette marge./p>

La question de la marge pose enfin la question de la légitimité, et de la construction de la légitimité. Dans le cas du mouvement décroissant, présenté par Nathalie Blanc-Noël, on peut ainsi constater comment les médias concourent à diffuser un modèle caricatural du militant décroissantiste, semblant lui refuser d’emblée toute légitimité dans sa critique sociale et politique de la société contemporaine. La légitimité peut dès lors se construire par une forme de « caution scientifique », le plus souvent apportée par des universitaires qui portent et assument la double casquette de chercheurs et de militants.

Dans le cadre de ce colloque en science politique organisé au sein de la faculté de droit et de science politique de l’Université Montesquieu – Bordeaux IV, les différentes communications offrent une voie possible d’approfondissement de la thématique en l’élargissant à une approche juridique. La question de savoir si l’on peut établir un parallèle possible entre les marges politiques et les marges juridiques pourrait être l’occasion d’un travail prochain de recherches et de réflexion partagée pour les politistes et les juristes du GRECCAP et au-delà.

 

Pour citer cet article :
Clémence Faure, Émilie Himeur, « Des extrêmes au centre, comment les courants marginaux peuvent influencer la vie politique ? », angles Droit, 18 octobre 2013. ISSN : 2261-2718. URL : http://anglesdroit.hypotheses.org/1399

 


Clémence Faure & Émilie Himeur

Doctorantes en science politique à l’université de Bordeaux

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *