Les flux migratoires intra-européens : entre rupture et continuité

Les années 2000 ont été l’occasion, pour les États européens, de redéfinir leur politique migratoire.
Ils ont en effet été confrontés à des migrations intra-européennes pour lesquelles ils n’étaient pas préparés. Celles-ci n’ont cependant que l’apparence de la nouveauté et les analyses croisées des juristes, sociologues, économistes et politistes ont contribué à leur compréhension durant ces 2 journées. Il était important d’organiser une telle manifestation à Bordeaux.
Ce colloque a été l’occasion de penser le phénomène migratoire de façon plus sereine que dans les débats publics au sein des grands médias. Il aura surtout permis de mobiliser différentes disciplines pour étudier ce fait social complexe, où les destinées humaines se font et se défont.

Illustration d’entête : © Université Bordeaux Montaigne

Auteurs
Clément Benelbaz, maître de conférences à l’Université de Savoie,
Hugo Flavier,
maître de conférences à l’université de Bordeaux,
Olga Gille-Belova,
maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne,
Moya Jones
, professeur à l’Université Bordeaux Montaigne

Journées de référence
Les migrations intra-européennes à l’aube du XXIe siècle – Perspectives pluridisciplinaires, organisée par le CERDARE [Centre d’étude et de recherche sur le droit administratif et la réforme de l’État, EA 505 – Université Montesquieu – Bordeaux IV] et l’EEE [Europe – Européanité – Européanisation, FRE 3392 CNRS – Université Michel de Montaigne Bordeaux 3] les 29 et 30 novembre 2012.
Partenaires : CNRS, MSHA, Région Aquitaine

Les effets combinés de l’élargissement de l’Union européenne et des évolutions des politiques migratoires nationales ont contribué, dans les années 2000, à redéfinir les conditions juridiques, politiques, économiques et sociales du phénomène migratoire. Il n’est pas extravagant de dire que les questions migratoires font dorénavant partie de l’actualité quotidienne qui rythme le champ politique et médiatique.  L’occasion était venue d’étudier plus spécifiquement les mouvements migratoires des peuples européens et, dépassant le seul cadre territorial de l’Union européenne, d’étendre l’analyse aux autres pays d’Europe centrale et orientale.

La compréhension de ces profondes mutations et de leur impact sur l’action publique ne pouvait faire l’impasse d’un croisement des disciplines. Les réflexions des juristes, sociologues, économistes et politistes ont ainsi jalonné ces deux journées de colloque.

Il va sans dire que ces travaux ont peut-être soulevé plus de questions qu’apporté de réponses fermes et définitives. Il en va rarement autrement dans le domaine des sciences humaines et sociales. Mais loin d’être un éternel recommencement, ce sont bien de nouvelles perspectives qui ont été ouvertes.

Un constat est ressorti  : celui d’un paradoxe

Le domaine des migrations fait l’objet, cela est bien connu, d’une multiplication de textes juridiques dont la parution, à tous les niveaux – européens et nationaux – est incessante. Pour autant, subsiste des invariants : la préservation de l’ordre public (M. Gautier) ou de certaines logiques qui sont encore prégnantes, comme la logique de police, de restriction de l’accès au travail ou encore celle de retour au pays d’origine (S. Slama). De la même façon, les migrations russes dans les pays de l’Union européenne sont moins nouvelles qu’elles n’y paraissent et témoignent d’une relation de proximité et d’interdépendance entre ces deux espaces (A. de Tinguy). Enfin, la situation des gens du voyage, même s’il est évident qu’un aperçu historique a montré que leur place s’était améliorée, demeure encore juridiquement en marge de la société française (C. Benelbaz).

L’importance du facteur juridique a été soulignée par chacun

Quel que soit leur domaine de spécialité, l’ensemble des intervenants a souligné l’importance du facteur juridique dans ce phénomène social. Cela vaut pour l’Allemagne (B. Dietz) comme pour la Pologne (M. Lesinska). Dans cette perspective, le droit de l’Union européenne fait partie intégrante des politiques migratoires des États membres et au-delà, puisque l’on doit assurément ajouter le cas particulier de la Suisse, dont la politique oscille entre ouverture et encadrement (C. Mazille). Cette importance du droit de l’Union européenne est particulièrement notable en ce qui concerne la migration d’une catégorie juridique particulière, celle des élites juridiques (H. Flavier). A. Krasteva a toutefois souligné les décalages qui pouvaient exister entre les catégories juridiques et les identités sociales.

De nouveaux phénomènes ont été révélés

Il s’agit, par exemple, des badanti, ces femmes étrangères, souvent d’Europe de l’Est, immigrées en Italie en tant qu’auxiliaires de vie (V. Villa). Il s’agit également des migrants hongrois et roumains au Royaume-Uni qui, étonnamment, dénient toute forme de discrimination à leur encontre alors même que l’on note objectivement une multiplication des actes à caractère xénophobe. L’originalité de la répartition des migrants d’Europe de l’Est en Écosse et au pays de Galles a également été relevée par M. Jones. Enfin, le rôle du facteur économique et des dernières crises n’a pas été écarté (O. Ezzedine). Celles-ci ont, notamment, eu une incidence significative sur les politiques migratoires de la Lituanie et de la Biélorussie (O. Gille-Belova).

 

Pour citer cet article :
Clément Benelbaz, Hugo Flavier, Olga Gille-Belova, Moya Jones, « Les flux migratoires intra-européens : entre rupture et continuité », angles Droit, 30 novembre 2012. ISSN : 2261-2718. URL : http://anglesdroit.hypotheses.org/416

 


Hugo Flavier

Maître de conférences en droit à l’université de Bordeaux

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *