L’état de l’art sur l’État par les émergents

L’apparition de pays émergents tend depuis quelques années à changer le paysage de la communauté étatique internationale. En effet, ces « nouvelles puissances » remodèlent certains flux de ressources qui étaient jadis l’apanage quasi-exclusif des puissances occidentales. Elles sont par ailleurs porteuses d’un certain nombre de valeurs concurrentielles, parfois discordantes, auxquelles le monde dans cette nouvelle configuration doit faire face. Mais comment ces acteurs du changement se perçoivent-ils eux-mêmes ? En se penchant sur la question de l’Etat, des universitaires venus de cinq pays différents décrivent à la fois la complexité et, partant, la profusion de l’étude du « phénomène étatique » dans les pays émergents, mais montrent aussi à quel point la notion de l’État, aussi bien émergé qu’émergent, fait ressortir des enjeux et problématiques analogues.

Auteurs
Roman Volkov, doctorant à l’université de Bordeaux
Lore Berthelot, doctorante à l’université de Bordeaux

Colloque international de référence
Émergence et étude de l’État : quelles reconfigurations ? organisé par le GRECCAP-CMRP [Centre Montesquieu de recherche politique, EA4192], les 28 et 29 novembre 2014 à Bordeaux.

L’État face à la diversité conceptuelle

Comment analyse-t-on l’État dans les pays dits « émergents » ? Telle a été la question centrale de cette rencontre internationale. Les théories de l’État développées par les penseurs modernes tels que Machiavel, Hobbes ou encore Bodin, reprises ensuite par une variété de philosophes et théoriciens du droit tels que Kelsen ou Carré de Malberg, voire des sociologues dans la lignée de Weber, font tous état d’une diversité conceptuelle autour des notions de puissance publique, de souveraineté, de monopole physique légitime ou encore de contrat social. Le phénomène d’émergence de nouveaux États remettrait-il en question ces conceptions ?

D’un premier abord, les analyses de l’État dans les pays émergents mettent en avant une pluralité d’approches telle qu’il peut parfois paraître difficile d’y trouver une cohérence d’ensemble. Il est, par exemple, difficile de comprendre la dichotomie entre la modernité étatique et la tradition religieuse, ethnique, parfois clanique à la quelle fait face l’État Indien. L’État de droit sans la démocratie (The Rule of Law without Democracy) est un objet d’étude en Chine qui, tout en soulignant la contradiction endémique due à la juxtaposition des concepts, met en avant plusieurs écoles de pensée qui s’en saisissent. L’idéologie néolibérale s’intègre de façon paradoxale au processus d’islamisation de l’État Turc sous le pouvoir du parti de la justice et du développement (AKP). En Russie, certaines régions marquées par la persistance des traditions tribales remettent en question les fondements mêmes d’un État moderne tel qu’il se présente dans les textes officiels.

L’union dans la diversité

Mais au-delà de la surabondance des angles d’approche à laquelle la notion de l’État est soumise, cette rencontre internationale a permis de faire ressortir les défis communs et, par conséquent, les problématiques communes rencontrées aussi bien par les émergents que les « émergés ». D’abord, l’approche institutionnelle de l’État, modernité devenue tradition analytique, reste pertinente, et ce indépendamment de degré d’émergence des pays. Le principal défi institutionnel auquel est confronté l’État moderne aujourd’hui est celui qui consiste à fédérer une pluralité de forces, parfois antagonistes, dans une unité équilibrée. C’est dans ce cadre que se pose la question du fédéralisme et, plus généralement, de la forme que doit prendre le rapport entre le centre et les périphéries.
Un autre défi, et non des moindres, consiste à concilier une structure institutionnelle moderne répondant aux exigences de l’État de droit avec des pratiques relevant de la tradition ou des croyances, mais aussi à trouver l’équilibre entre le religieux et le laïc.
Enfin, c’est dans son rapport à l’économie que l’objet État se trouve interrogé. Alors que se développe dans de nombreux pays une classe moyenne, quel peut être le rôle de l’État dans les nouvelles dynamiques sociales à l’œuvre ? Allons plus loin : face à la démultiplication des arènes du pouvoir y a-t-il encore de la place pour des acteurs étatiques ou, inversement, ne sommes-nous pas aujourd’hui et plus que jamais, face à un État dont les compétences et les moyens de contrôle ne cessent de s’agrandir et de s’infiltrer dans l’intimité des individus ?

Ainsi, la dichotomie « émergé-émergent » se transforme en union qui, par des processus de réflexivité, interroge, transforme et adapte la notion de l’État face aux défis que lui réservent le monde d’aujourd’hui et celui de demain.

 

Pour citer cet article :
Roman Volkov et Lore Berthelot, « L’état de l’art sur l’État par les émergents », angles Droit, 29 novembre 2014. ISSN : 2261-2718. URL : http://anglesdroit.hypotheses.org/2267

Roman Volkov & Lore Berthelot

Doctorants en science politique à l’université de Bordeaux.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *