Les visages de « la puissance russe au prisme de l’émergence »

L’émergence russe présente en effet de nombreux caractères contradictoires. Ainsi, elle serait effectivement économique mais se fondant essentiellement sur ses seules richesses naturelles. Sur le plan de la régulation internationale, le commerce, les activités bancaires, l’investissement des capitaux, ses implications à l’ONU et en Europe, font de la Russie un acteur à visage variable. Elle cherche à conserver ou développer par ailleurs une sphère d’influence avec les pays limitrophes, partenaires historiques, que sont la Chine ou ses anciens Etats membres. Mais elle entretient des relations difficiles avec d’autres nouveaux partenaires internationaux. Finalement, pour reconquérir une véritable stature institutionnelle, internationale et relationnelle, un certain nombre de points clés reste à résoudre.

Illustration d’entête : Photo © Ed Reeve / Adjaye Associates

Une approche pluridisciplinaire, notamment juridique, économique, politique et culturelle a permis de mieux appréhender les multiples facettes de la puissance russe. Envisagée sous l’angle de son émergence, le colloque qui s’est tenu à Saint-Pétersbourg a traité des questions touchant à la société russe, à la régulation internationale et aux relations avec son voisinage.

Auteurs
Francette Fines
, maître de conférences à l’université de   Bordeaux
Hugo Flavier, maître de conférences à l’université de   Bordeaux
Leila Lankarani, maître de conférences à l’université de   Bordeaux

Journée de référence
La puissance russe au prisme de l’émergence organisée par le CRDEI [Centre de recherche et de documentation européennes et internationales, EA4193] et le CUF [Collège universitaire français – Université d’Etat de Saint-Pétersbourg] le 10 juin 2013.
Partenaires : CMRP, CNRS, Investissement d’avenir

De l’émergence d’une société russe en transition

Du point de vue culturel, la société russe est une société complexe marquée du sceau de la diversité. Cette diversité se comprend aisément tant il vrai qu’elle est l’héritière de l’empire tsariste et de l’Union soviétique. État « multinational », pour reprendre les termes de la constitution du 12 décembre 1993, les peuples qui vivent sur son territoire sont variés et leur nombre est parfois sous-estimé. On compte environ 176 nationalités et groupes ethniques, parmi lesquels figurent les peuples de confession musulmane au nombre souvent sous-estimé (Apollinaria Avroutina).

La diversité concerne également la dimension politique. Le régime politique russe tend à faire preuve d’un véritable autoritarisme électoral (Vladimir Gel’man). Il est par ailleurs très difficilement catégorisable, notamment à cause du fort décalage qui existe entre les textes constitutionnels et la véritable pratique politique. La « diversité » laisse alors place à l’« insaisissabilité ». Néanmoins, une certaine caractérisation reste possible (Daniel Bourmaud). IMG_0257Le régime politique russe pourrait être qualifié de « tsarisme républicain » en écho à la « monarchie républicaine » de la Ve République française. Ce parallèle avec la France est d’autant plus intéressant que la Constitution russe s’est ouvertement inspirée de la Constitution française. On assiste donc à une certaine hybridation du régime politique russe, sans qu’il faille pour autant le considérer comme un « régime hybride ». En effet, cette catégorie n’en est pas vraiment une. Elle constitue plutôt une technique d’évitement faisant l’impasse sur un travail de qualification convaincant.

Bien plus que politique, le véritable signe de l’émergence de la Russie est sans doute dans son avenir économique (Sergueï Soutyrine et Olga Trofimenko). L’Organisation Mondiale du Commerce joue ainsi le rôle d’accompagnateur de son développement. Et ce, même si la structure de l’économie russe, encore très dépendante des recettes douanières, n’est pas encore prête à affronter la concurrence internationale.

De la dépendance et de l’influence de la Russie dans les régulations internationales

La Russie est-elle une puissance émergente dans l’économie de marché internationale ? La réponse est double. La stratégie de son intégration commerciale semble d’abord s’appuyer sur une forte dépendance aux exportations de matière première, sur l’importance des importations et sur la faiblesse du développement des services ce qui est signe  des pays en voie de développement (Sophie Brana) . En parallèle, on observe une montée en puissance de la classe moyenne russe, comme en témoigne l’intense activité des filiales bancaires étrangères, par exemple française, en monnaie locale. Cela crée une véritable bouffée d’oxygène pour lesdites filiales qui accusent une baisse d’activité, notamment en matière de crédit, dans leur pays d’origine (Delphine Lahet).

IMG_0280Concernant les standards de la régulation du droit international économique et du droit des investissements étrangers en particulier, la dépendance et l’influence se conjuguent. (Leila Lankarani). D’une part, la Russie est dépendante de standards internationaux protégeant les investisseurs dits étrangers, comme le montre la jurisprudence arbitrale du Traité sur la Charte de l’énergie dont les dispositions poursuivent la Russie qui n’y est cependant plus liée. D’autre part, la Russie peut désormais influencer l’évolution de ces  standards à travers la régulation  de l’investissement des Fonds souverains par le FMI, régulation qui, en réalité, repose sur  la bonne volonté des pays de leur provenance  dont la Russie.

Au niveau des standards européens de l’Etat de droit, là aussi le constat est à double facette.. En effet, la « puissance russe » semble être un facteur empêchant l’implantation effective de la Convention européenne des Droits de l’Homme en Russie. En revanche, la puissance de la Convention et de la Cour européennes des droits de l’homme y améliore la protection des droits de l’homme, notamment par la voie du dialogue des juges (Baïna Ubushieva).

Enfin, le rôle historique de la Russie dans la création et le fonctionnement institutionnel de l’ONU, qu’elle soit considérée comme puissance émergente ou grande puissance,, lui octroie une place d’égal à égal (Vitali Ivanenko).

Des relations de voisinage entre continuité et rupture

IMG_1144 (2)La Russie se singularise comme étant le seul État qui soit une grande puissance à la fois en Europe et en Asie. De ce fait elle a une position particulière à défendre sur le continent eurasiatique. L’accession récente à l’indépendance de nombreuses entités, autrefois englobées dans l’URSS, n’empêche pas la Russie de demeurer la première puissance par son étendue géographique. Cet immense territoire partage aujourd’hui 20 622 km de frontières terrestres avec 14 pays voisins.

Avec les frontières géographiques, c’est tout son contexte international qui s’est trouvé remodelé au tournant des années 90. La Russie du XXIe siècle n’est plus au cœur de l’affrontement Est-Ouest mais évolue dans un monde multipolaire. Elle doit donc entièrement repenser ses relations avec ses voisins, nouveaux ou anciens.

Dans ce processus, on note des phénomènes de continuité, mais également des situations de rupture. Ainsi, la Russie cherche à reconstruire sa sphère d’influence, notamment juridique, chez les états qui s’en sont récemment séparés, tels l’Ukraine ou la Biélorussie (Hugo Flavier). C’est là une composante essentielle de sa politique étrangère. Elle entend également restaurer sa grandeur, ce qui la conduit à se mesurer à l’autre « géant émergent » qu’est la Chine, par ailleurs sa voisine (Nicolaï Samoïlov).

Avec la Turquie, de nouvelles relations de partenariat se sont développées dans les domaines économiques, énergétiques, militaires et politiques ; pourtant des rivalités persistent, notamment dans la géopolitique régionale (Nicolas Monceau). De même, la Russie est devenue un partenaire indispensable de l’Union européenne, quoique parfois sur une base d’interdépendance (Francette Fines). Ainsi, la réaffirmation de sa puissance peut la conduire à entretenir des relations compliquées, voire conflictuelles avec ses voisins proches.

Pour citer cet article :
Francette Fines, Hugo Flavier, Leila Lankarani, « Les visages de « la puissance russe au prisme de l’émergence » », angles Droit, 10 juin 2013. ISSN : 2261-2718. URL : http://anglesdroit.hypotheses.org/1101

 


Sur le même sujet : Les pays émergents sont-ils les nouvelles puissances internationales ?

A connaître : site web du programme de recherche PoEmS
PoEmS (Pôle en sciences sociales sur les pays émergents) est un programme de recherche pluridisciplinaire dans le cadre duquel a été organisée cette journée d’étude. Il réunit une équipe composée de politistes, juristes, économistes, démographes, géographes et historiens de plusieurs laboratoires du site bordelais.

 


Francette Fines

Maître de conférences en droit à l'université de Bordeaux

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *